Archives de catégorie : art-thérapie

Art thérapie en cabinet à Crest

Au  Cabinet des Alpes , 111 rue de la Callade à Crest , dans la Drôme.

J’accueille en séance individuelle toute personne de tout âge. Au cours d’une première rencontre,  j’écoute vos attentes, vos besoins , je vous explique ma façon de travailler. Je vous propose un dispositif « d’essai » pour que vous puissiez vous faire une idée de l’art-thérapie que je pratique.

Les dispositifs que je vous propose sont spécifiquement pour vous . Avec des matériaux divers   j’invite  à une production éphémère , hors de tout jugement ou d’attente esthétique . Les supports peuvent être la peinture , le modelage , l’écriture , le conte, la marionnette .En art-thérapie , il n’est pas du tout nécessaire de savoir peindre ou dessiner.

L’important c’est le processus vivifiant de l’acte créatif et non pas l’objet crée ; ce qui et produit en séance porte ce qui devait se dire à ce moment là, une émotion, un questionnement, des parts de soi parfois méconnues qui se font jour.

Les premières séances permettent de s’alléger, d’éloigner de soi la lourdeur de  souffrances auxquelles parfois on finit par s’identifier,   puis on  perçoit mieux  son propre tableau intérieur,  pour enfin laisser place à une possible nouvelle écriture en suivant le fil de son désir.

Durée des séances : Une heure.
Le nombre de séances n’est pas défini à l’avance, l’arrêt des séances est décidé ensemble, lorsq’un cycle prend fin.

 

Tel : 06 26 10 16 90/ mail : marieline.permingeat@nordnet.fr

Tarifs : le coût d’une séance en cabinet: 45 euros.

 

Voici des textes d’auteurs qui sont éclairants pour moi, quelques unes de mes  réflexions sur l’art-thérapie, issues de ma pratique et de mes recherches personnelles,   et des mots de pratiquants de l’art-thérapie…

« Nous devons dépasser la logique du tout ou rien : être le premier ou rien. La voie de la douceur me paraît encore la meilleure stratégie. Commencer à jouer trois notes sans attendre d’être concertiste. Nul besoin d’avoir confiance en soir pour effectuer ces micros pas. C’est ainsi que la puissance intérieure se reconstruit . Un pas après l’autre » . Anne Dufourmantel (psychanalyste et philosophe)  /La puissance de la douceur/Payot

Il est mal vu aujourd’hui de parler du manque car il annonce la tristesse, et la tristesse n’a pas bonne presse, elle résonne trop avec déprime, et çà ne sonne pas «gagnant», çà ne brille pas. Pourtant on y gagne à reconnaître notre tristesse, car comme tout ce que nous vivons en sincérité, elle ouvre la porte de notre intime pour aller  sur le chemin de notre désir.

L’art-thérapie nous donne un accès direct à notre espace intérieur,  le corps, impliqué dans la création parle de lui même. L’objet crée (que ce soit un modelage, une peinture, un texte, une danse, une émotion jouée..) fait un effet de tiers dans lequel se déposent des émotions, des rêves, parfois du sens. Le sens que porte une création n’est pas recherché à tout prix, cela créerait une tension inutile, l’important c’est le processus enclenché qui va vers la possibilité de s’approcher, d’apprivoiser le réel intérieur, l’indicible.

Le jardin secret représente une opposition positive à l’air du temps. Il aide l’individu à penser par lui-même, à devenir un peu plus dense et à se moquer des diktats de l’époque. Ce peut être un acte minuscule, mais répété. Si vous faites pousser la même rose et lui parlez de la même manière tous les jours, personne ne pourra faire cela comme vous. C’est quelque chose que personne ne pourra vous prendre, ce n’est pas prenable. Vous existerez, dans votre singularité, à travers cette rose.  Anne Dufourmantel, interwiew à Figaro Madame en 2015

 

Une question qui revient  : laisser l’objet dans l’espace thérapeutique, pourquoi ne pas l’emporter chez soi ?

Le laisser à l’intérieur de l’espace thérapeutique permet d’accorder plus d’importance aux traces venues du temps de la création, qu’à l’objet lui même. Il a été crée dans l’atelier ou en cabinet , en présence de l’art-thérapeute il porte donc des éléments de cette relation , de ce qui se passe sur le moment ; une fois à l’extérieur n’ayant plus ce sens, il pourrait faire l’objet de projections négatives pour son créateur.

 

Quelques mots de pratiquants de l’ art-thérapies :

«En m’exprimant par mes mains , je dis beaucoup plus que par les mots » Lise

« Je ressens un apaisement après une séance d’art-thérapie » Loïc

« Je ne sais ni dessiner ni peindre,  j’ai tout de même fait quelque chose qui m’a étonné moi même et donné de la  confiance » Pierre

« Lorsque j’ai terminé mon montage,  je me suis dit : tout est là» Léa

La marionnette comme support de médiation à visée thérapeutique

Mes vingt années d’expérience de marionnettiste et de comédienne  nourrissent mes réflexions pour l’utilisation de la marionnette en médiation thérapeutique .

La marionnette est un support formidable pour favoriser l’expression des sentiments, des rêves, des désirs. Sa qualité essentielle est de permettre la distanciation, ce n’est pas le marionnettiste qui parle mais la marionnette qui envoie discrètement son message aux spectateurs et même au marionnettiste ! La marionnette transporte dans les ères de l’enfance et éveille à un regard neuf sur le présent.

La marionnette porte aussi la qualité de rendre actif le spectateur, il ne regarde pas une personne mais un objet auquel il prête une part de lui même, sa part d’enfance. Qui n’a pas remarqué la joie et la fascination des enfants et même des adultes devant un spectacle de marionnettes !

Pour le jeu de marionnettes que je propose, Paroles de Marionnettes, je privilégie le castelet, qui est l’ espace de vie et d’expression des marionnettes, un espace ritualisé qui porte en lui sa dimension thérapeutique du fait de la distance qu’il impose : le marionnettiste est caché, le spectateur ne voit plus que la marionnette.

Pour certains  ateliers je propose un dispositif avec des marionnettes déjà faites,  pour d’autres le jeu se fait avec des marionnettes que les participants créent sur place . Je suis attentive à préserver du temps pour le jeu avec la marionnette, la fabrication se fait dans un élan de spontanéité, l’objet fini  marionnette n’est pas l’essentiel , c’est son utilisation dans la relation qui est importante.

Ces ateliers sont d’un apport bénéfique dans les lieux de soin pour enfants ou adultes:

  • en pédiatrie
  • en services de rééducation fonctionnelle
  • en oncologie
  • en soins palliatifs
  • en maison de retraite
  • pour favoriser la qualité du lien aidants -aidés, das le cas de maladies importantes.

 

En milieu hospitalier et de ré-éducation : l’art-thérapie  apporte sa contribution au parcours vers la santé,

pour les personnes hospitalisées. C’est un accompagnement  psychologique   qui permet de se relier à ses propres forces intimes lorsque la douleur et les effets secondaires des traitement sont importants.

En art-thérapie, c’est une parole non verbale qui est accueillie, une parole qui  passe par l’acte créateur libérant  des émotions parfois trop envahissantes.

L’acte créateur permet non seulement de se libérer de charges émotionnelles négatives mais aussi de retrouver confiance dans ses richesses .

C’est une approche qui vient en complémentarité des suivis médicaux et para médicaux, elle entre dans une prise en charge inter-disciplinaire des soins.

Document de  présentation  à télécharger  :art-therapie en milieu hospitalier

 

                En maison de retraite .

L’art-thérapie propose un temps de respiration vivifiant pour le psychisme, elle permet de soutenir les passages difficiles comme l’entrée en Ehpad, l’après d’interventions chirugicales,  de traumatismes corporels,  et aussi de maintenir un lien vivant avec les personnes atteintes de maladie neuro- dégénératives.

Les séances d’art-thérapie favorisent l’accueil de l’intime et représentent des moments privilégiés pour les résidents d’Ehpads. Ces moments sont précieux pour la santé psychique dans un lieu de  vie en collectivité.

Les séances sont individuelles ou en  groupe de  quatre personnes maximum.

Document de présentation à télécharger art -thérapie en ehpad

J’interviens aussi dans le cadre de projets de médiations artistiques en maison de retraite (suivre le lien)

 

Pour ces deux types de structures :

Les séances sont individuelles ou en petits groupe de 4 personnes maximum.

Les supports artistiques que j’utilise sont adaptés aux personnes accueillies en séance , il n’est pas nécessaire de savoir peindre ou dessiner . Mes dispositifs sont pensés spécifiquement pour chaque personne , il n’est demandé aucun savoir faire ni aucune connaissance artistique.

 

Mise en place

La mise en place d’un espace art-thérapeutique dans un service ou établissement nécessite plusieurs rencontres pour faire connaitre l’art-thérapie aux responsables et à l’équipe, pour que je prenne connaissance des  besoins  et attentes , pour que je  puisse proposer un projet qui conviendra le mieux à tous .

Pour les maisons de retraite

Mes propositions,  pour les maisons de retraite :

Racontons nous est une médiation que j’ai imaginée à partir de ma pratique radiophonique et de mon expérience d’art-thérapeute, dans le but de faciliter et de mettre en valeur la parole des participants . Il s’agit de créer ensemble un tableau sonore à partir des échanges dans le groupe . En fin de parcours , je restitue à chacun un cd sur lequel je grave le montage sonore .

Parole de marionnette . Le jeu avec une marionnette offre une mise à distance avec soi, avec son propre corps, donnant ainsi à la fois une liberté et une voie pour la parole. La marionnette a toute sa place dans un espace d’accueil et de soin de personnes désorientées ou atteintes de démence. Je propose des séances de jeu avec des marionnettes déjà faites ou avec des marionnettes que chacun fabrique. Je prévois des procédés de fabrication accessibles à tous .

J’ai animé la médiation : Racontons nous dans deux ehpads en juillet et aout 2017 , à l’ Ehpad Sainte Marie, (hôpital) et à l’Ehpad Sainte Anne, à Crest . Quelques extraits du livre d’or de cette médiation : « il y a moins d’anxiété chez les résidents après une séance » « certaines personnes qui ne parlaient pas entre elles échangent plus facilement , vont plus vers les autres «  propos d’une professionnelle de l’Ehpad Sainte Marie .

dossier de présentation à télécharger : arttherapiemlpermingeat

Il faut un regard créatif pour voir les
manifestations d’une créativité qui prend finalement rarement les
formes qu’on en attend.  Jean-Marc Talpin, « Être créatif : Un impératif psychique tardif au service de la vie  »  Gérontologie et société 2011/2 (vol. 34 / n° 137), p. 23-36.
DOI 10.3917/gs.137.0023